Fullscreen
Loading...
 

Chapitre 5 - Méthodologie

L'objectif de ce chapitre est de poser notre question de recherche et de justifier nos choix méthodologiques avant de présenter notre processus de collecte et de traitement des données.

Approche méthodologique

De la justification, s'inscrit dans le mouvement de la sociologie morale durkheimienne, mais cherche par l'étude de l'action des êtres sociaux à comprendre les raisons idéologiques qui soutiennent leurs actions.

« De la justification s'intègre dans un programme plus vaste visant à poser, à nouveaux frais, les bases d'une sociologie morale, au sens que Dürkheim et les durkheimiens donnaient à ce terme. Par sociologie morale, il faut entendre l'effort pour réinsérer dans l'étude de l'action des personnes en société, les raisons d'agir et les exigences morales qu'elles se donnent ou voudraient se donner, ne serait-ce qu'à titre d'idéaux. » (Boltanski dans Breviglieri, 2009. p. 15)

La question qui sous-tend notre recherche porte sur la collaboration wiki. Le cadre d'analyse que nous propose De la justification va nous permettre de comprendre à quels principes d'ordre soutenus par des normes de justice, les professionnels de la santé et des services sociaux font appel pour se justifier ou répondre à la critique face à la collaboration wiki. Le modèle des cités répond pour Vrydaghs à la question lancinante de la sociologie : « d'où un discours ou une personne tirent-ils leur légitimité? ».

En utilisant le modèle de De la justification, ce qui nous intéresse en premier lieu, ce sont les moments de litige, de critique, d'épreuve pris sur le vif de la situation. Frédéric Vandenberghe l'exprime en ces termes en parlant de Boltanksi et Thévenot : « ce qui les occupe, ce n'est ni le système ni la structure, mais les actions et les pratiques; non pas les acteurs et les agents, mais la situation . Ce qui retient plus particulièrement leur attention, ce sont les « moments critiques » ou les acteurs expriment et explicitent publiquement leur sens de la justice. » (Breviglieri et al., 2009, p. 379). Pour capturer ces moments critiques exprimés publiquement, une approche ethnométhodologique est adaptée. Selon Gubrium et Holstein cités par Patton : « ethnomethodology studies the social order "by combining a phenomenological sensibility with a paramount concern for everyday social practice" » (Patton, 2002 p.111). De plus, notre objectif principal est de favoriser la collaboration wiki dans les organisations de santé et services sociaux du Québec, or l'approche ethnométhodologique est reconnue pour faciliter le changement et l'amélioration de programme. « The findings of an ethnomethodological evaluation study would create a programmatic self-awareness that would, in principale at least, facilitate program change and improvement » (ibid, p.112).

La grille d'analyse des mondes que nous allons présenter plus loin reprend les critères caractéristiques de chacun des mondes. Parmi ces critères on a retrouvé entre autres des sujets, des objets et des principes qui structurent les relations entre les êtres. La façon la plus pertinente d'amasser ce type de données et par la participation sur le terrain du chercheur.
Selon Jorgensen cité par Chantal Mailhot dont la thèse se base également sur De la justification, l'observation participante est à privilégier dans les situations suivantes (Mailhot, 2004, p.81) :

  • l'intérêt va au point de vue des acteurs qui sont plongés dans la situation;
  • le phénomène est appréhendé localement;
  • le processus d'enquête est évolutif et adapté aux circonstances;
  • l'enquête repose sur l'étude en profondeur d'un cas;
  • l'enquêteur joue un rôle dans la situation dans laquelle il noue des relations avec les acteurs en présence;
  • l'observation directe est une technique centrale à la démarche d'enquête.

Notre recherche répond à ces caractéristiques. On l'a vu c'est aux moments critiques que nous nous intéressons. Si les cités servent de références normatives aux acteurs, les mondes à travers les épreuves sont en évolution permanente et c'est précisément pour capturer ces évolutions que notre présence sur le terrain est nécessaire. « Notre description de l'extension d'une cité à un monde ne résulte donc pas d'un choix conventionnel dans l'ordre d'exposition de notre cadre d'analyse. Elle suit le mouvement de création, par lequel le répertoire des objets d'un monde est étendu au fur et à mesure des épreuves. » (Boltanski et Thévenot, 1991). Plutôt que d'aborder plusieurs cas de façon superficielle, nous choisissons l'étude d'un cas unique en profondeur que nous détaillons dans la section validité logique.
Pour Patton, l'observation participative a plusieurs avantages pour le chercheur (Patton, 2002, p.262 à 264) :

  • il est plus à même de comprendre le contexte dans lequel évoluent les acteurs
  • il est en prise directe avec le milieu et les acteurs lui permettant d'être ouvert à la découverte et inductif, car il a moins besoin de se fier à des documents rédigés par d'autres
  • il peut capter des aspects qui échappent aux acteurs pris dans un travail routinier
  • il est en mesure d'apprendre des choses que les acteurs refuseraient de dire en entrevues
  • il n'a pas besoin de se fier uniquement aux perceptions des acteurs. Autrement dit, sa perception et celle des acteurs s'éclairent mutuellement
  • il peut introduire dans sa recherche une réflexion personnelle et une introspection en intégrant ses perceptions et ses sentiments aux données collectées

Patton résume l'observation participante comme suit en y intégrant une citation de Denzin : « Full participant observation constitutes an omnibus field strategy in that it "simultaneously combines document analysis, interviewing of respondents and informants, direct participation and observation, and introspection » (ibid, p.265).

Notre principale source d'inspiration en ce qui a trait à l'observation participative est la célèbre analyse des combats de coqs balinais de Geertz, où il scrute la sémantique sociale à partir de la structure symbolique des combats (Geertz, 1983, p.210). Geertz met de l'avant la difficulté de l'exercice d'observateur en ces mots : « la culture d'un peuple est un ensemble de textes, qui sont eux-mêmes des ensembles, que l'anthropologie s'efforce de lire par-dessus l'épaule de ceux à qui ils appartiennent en propre » (ibid, p.215). Il ajoute que : « comme les exercices de lecture approfondie, qui nous sont plus familiers, on peut choisir n'importe quel point de départ dans le répertoire des formes de culture, et se proposer n'importe quel point d'arrivée » (ibid). Il ajoute : « les sociétés, comme les vies, contiennent leur propre interprétation. Ce qu'il faut apprendre, c'est comment y accéder » (ibid). Nous avons choisi d'y accéder en nous appuyant sur l'approche décrite par Boltanski et Thévenot dans De la justification et en approchant un cas complexe de projet wiki. Nous retenons de la lecture du cas des combats de coqs balinais, que Geertz décrit avec précision :

  • les lieux (ex : l'arène où se déroulent les combats)
  • les acteurs (ex : les coqs, les arbitres, etc.)
  • le temps (ex : durée des combats ou l'influence des combats sur les vainqueurs et les vaincus)
  • l'objet de recherche principal (ex : le combat)
  • les règles formelles et informelles ainsi que leurs origines (ex: les manuscrits sur feuilles de palmier transmis entre générations)
  • les ordres hiérarchiques (ex : entre hommes et femmes, entre acteurs des combats)
  • les effets des combats (ex : souder sa famille, son village ou exprimer l'opposition)

Ces descriptions, nous servirons d'inspiration pour la consignation de nos observations dans notre journal de bord.

Nature des données

Les données collectées seront de l'ordre du discours, durant les rencontres publiques, ou lors d'entrevues avec le chercheur. L'observation participative permettra aussi une collecte de réflexions personnelles et d'introspection. D'autres données secondaires seront également collectées on pense au forum de discussion à l'intérieur du wiki, où l'on va retrouver du matériel précieux pour valider certaines des informations recueillies en public. Les forums sont souvent dans les wikis un lieu d'intenses échanges où les acteurs critiquent et se justifient. Goldenberg en a fait son objet de recherche dans sa thèse intitulée La négociation des contributions dans les wikis publics : légitimation et politisation de la cognition collective (Goldenberg, 2010). Nous collecterons aussi tout document permettant d'éclaircir l'objet de notre recherche. Enfin, dans un processus exploratoire de double herméneutique, nous souhaitons après une première analyse par le chercheur soumettre les résultats aux commentaires des participants. Ces commentaires seront collectés sur le wiki du chercheur et entraineront une seconde analyse renforcée par l'avis des acteurs. Cette démarche n'est pas sans poser de nouveaux problèmes éthiques auxquels nous tenterons de répondre dans section enjeux éthiques.

Collecte des données

Les données seront collectées et archivées dans un journal de bord qui sera tenu par le chercheur. Ce journal sera hébergé sur le wiki personnel du chercheur. La période d'observation devrait s'étaler sur plusieurs mois, la durée précise restant à définir avec le terrain.
Dans le journal de bord, nous enregistrerons quotidiennement les évènements qui ont lieu en rapport avec notre objet d'étude. Les éléments suivants y seront consignés:

  • la date de l'évènement
  • la nature de l'évènement (réunion, discussion de couloir, entrevue, etc.)
  • les fonctions des personnes présentes
  • l'objet de l'observation
  • un compte rendu comprenant les 2 éléments incontournables de notes de terrains pour Bailey, "ce qui est important pour les personnes observées" et "ce qui est important pour le chercheur lui-même" (Bailey, 1994, p. 245 et 246)
  • toute autre information pertinente pour la recherche

Analyse des données

L'analyse des données se déroulera en quatre temps. Dans un premier temps les données collectées seront analysées par le chercheur et codifiées à l'aide d'un logiciel tel que Nvivo. La codification se basera sur les grammaires des sept mondes (inspiré, domestique, opinion, civique, industriel, marchand, projet) regroupées dans les tableaux n. 3 et 4. Nous suivrons la même démarche que Boltanski et Chiapello à savoir de représenter les grammaires dans le logiciel de codification par des «regroupements ou des catégories de mots associés à un monde ou à un autre» (Boltanski et Chiapello, 1999, p.220). Nous nous attacherons à relever dans les situations d'épreuve :

  • qui sont les sujets en présence et lorsque cela est possible leur grandeur
  • quels sont les objets mobilisés pour critiquer et se justifier
  • comment sont mobilisés les formules d'investissement
  • comment se manifestent les rapports de grandeur
  • comment se manifestent les relations naturelles
  • où se situe dans le discours les expressions du jugement
  • comment se manifestent les critiques en gardant à l'esprit que « la critique est articulée par des opérateurs tels que : 'en fait', 'en réalité', 'ne sont que', etc. » (Boltanski et Thévenot, 1991, p.276).


Tableau n.3 : Grille d'analyse des mondes 1ère partie, selon Boltanski et Thévenot, 1991, p.200 à 262 et Boltanski et Chiapello, 1999, p.178 à 207


Tableau n.4 : Grille d'analyse des mondes 2nd partie, selon Boltanski et Thévenot, 1991, p.200 à 262 et Boltanski et Chiapello, 1999, p.178 à 207

Dans un second temps, nous nous aiderons du tableau des critiques (tableau n.2) pour localiser et décrypter les épreuves inter-mondes. Ces épreuves seront codifiées de façon différente des épreuves modèles.

Dans un troisième temps, nous ouvrirons les résultats provisoires de notre analyse à la critique des acteurs du projet wiki dans un processus de double herméneutique. Dans lequel les informateurs seront amenés à critiquer les premiers résultats.

Dans un quatrième temps, nous analyserons les commentaires obtenus des acteurs pour éclairer, compléter ou infirmer nos premiers résultats. Les premiers résultats qui seront produits par le chercheur seront conservés plutôt que d'être fusionnés avec les seconds résultats. Nous pourrons ainsi dans un synthèse générale, mettre en évidence ce qui relève de la réflexion initiale du chercheur et ce qui relève de la critique des informateurs.

Enjeux de qualité

Les paramètres de qualité que nous abordons dans les sous-sections à venir ont pour objectifs de minimiser : premièrement, les erreurs de fait c'est-à-dire de données fausses, deuxièmement, les erreurs relatives où des données vraies seraient fausses si prises hors contexte, et troisièmement, les erreurs de transformation liées à une mauvaise codification (Noël, 2011, p.134).

Fidélité

Par fidélité, on entend que d'autres chercheurs disposent des éléments nécessaires pour leur permettre de reproduire l'expérience. Pour Noël qui s'appuie sur l'École de Chicago, le comportement du chercheur doit être calibré par la tenue d'un journal de bord décrivant les circonstances entourant la recherche (ibid, p.135). Nous avons détaillé la tenue de ce journal dans la section collecte des données.

Validité nominale

Le cadre développé par Boltanski et Thévenot en 1991 a été complété et mise à jour par Boltanski et Chiapello en 1999. De la justification a fait l'objet d'un grand intérêt de la part de plusieurs chercheurs qui ont poursuivi le chantier ouvert par Boltanski et Thévenot. D'autres en revanche, se sont posés en critiques. Chaque année se tient en France à Cerisy de juin à septembre série de colloques Cerisy qui réunit artistes, chercheurs, enseignants, étudiants et public intéressés par les échanges culturels. En 2001, l'un de ces colloques s'intitulait Sens de la justice, sens critique et portait précisément sur De la justification. Un ouvrage a été publié en 2009 sous forme de collectif intitulé Compétences critiques et sens de la justice. Ce livre aborde quatre mouvements en relation avec De la Justification, prolongement, confrontation, rapprochement et commentaire. Nous n'étudierons pas en détail tous ces mouvements, mais utiliserons certains passages clés pour asseoir la validité théorique de nos construits.

Selon Boltanski De la justification a été l'objet de trois critiques majeures (Breviglieri et al., 2009. p.25). La première est qu'en se concentrant sur les situations d'interactions entre les êtres, l'aspect macrosociologique a été négligé. La seconde souligne que tout l'intérêt est porté sur la justice au détriment des dimensions injustifiables de l'action sociale comme la violence. Enfin, la troisième s'attaque à l'apparition des cités dont le processus n'a pas été clairement établi. Nous n'aborderons pas la seconde critique qui dépasse l'objet de notre recherche. En revanche, nous ne trouvons pas la première critique justifiée. En effet, si l'on s'intéresse effectivement aux interactions, celles-ci s'appuient sur un cadre normatif, lequel cadre plonge ses racines dans la macrosociologie. Les cités ont été construites à partir de travaux se situant à un niveau macro sociétal. Boltanski ajoute que même au niveau des interactions, il y a un aspect macro ainsi : « les épreuves instituées se réalisent dans des conditions particulières et soumettent les personnes à des conditions pragmatiques spécifiques. Mais, si on les saisit au niveau de leur format (institutionnel), elles ont un caractère macro-social en sorte que l'on peut aller jusqu'à définir une « société » par la nature des épreuves qui ont fait précisément l'objet d'un tel travail d'institutionnalisation et de contrôle » (ibid, p.27).

La troisième critique sur l'apparition des cités a été traitée en 1999 par Boltanski et Chiapello dans Le nouvel esprit du capitalisme dans lequel ils décrivent de façon détaillée sur les 30 dernières années, la cité par projets (ibid, p.25-26). Autrement dit, ils complètent le modèle initialement et volontairement statique des cités par une analyse dynamique pour nous montrer comment se construisent de nouveaux modèles de justice alors que d'autres disparaissent à savoir la cité domestique (ibid).

Parmi les autres critiques faites à De la justification l'une d'elle provient de Nicolas Dodier qui voit dans ce qu'il appelle le laboratoire des cités une manière d'imposer des chemins artificiellement limités (ibid, p.57) et ainsi de simplifier considérablement la complexité du réel. Nous ne pensons pas que les cités soient aussi réductrices que l'affirme Dodier, toutefois il est évident que le cadre proposé par Boltanski et Thévenot est faillible, ce qui comme nous l'a montré Popper est le propre de toute théorie scientifique. Nous n'avons pas la prétention en utilisant le modèle des cités de traiter de tous les aspects relatifs à la collaboration wiki, mais plutôt de présenter un nouvel éclairage basé sur des philosophies politiques, qui viendra compléter d'autres travaux et ainsi donner ensemble une image plus proche de la réalité. D'ailleurs Ricoeur s'appuie sur Weber pour dire qu'il y a plus de stabilité dans les structures politiques qu'économiques.

« Ma conviction est en définitive qu'on a peut-être trop mis l'accent sur l'historicité : il peut y avoir des structures sociales comme il y a des structures linguistiques. Chomsky a mis en évidence qu'il y a, dans les structures sémantiques, davantage de permanence que ne l'accordaient Benjamin Lee Whorf et d'autres. Il peut y avoir une certaine stabilité également dans les structures sociales. La problématique politique peut-être plus stable que des structures économiques, davantage liés à l'histoire. » (Ricoeur, 2005, p.261)

Dodier ajoute à sa critique : « paradoxalement, hors de la force innovatrice d'un capitalisme capable de se jouer des épreuves légitimes, le laboratoire des cités n'envisage, pour horizon du changement, que la perspective limitée des compromis entre mondes communs. C'est peu, et nous avons à envisager des situations où l'horizon de la construction politique s'avère nettement plus ouvert. » (ibid, p.58). Sur ce point, nous rejoignons Dodier qui ne voit pas dans les compromis une issue satisfaisante aux épreuves. La réponse que nous apportons est celle de Ricoeur qui nous invite à utiliser les compromis comme des tremplins vers un nouveau principe supérieur commun. Ajoutons que Boltanski considère que les épreuves dynamisent les cités qui évoluent, certaines vont même mourir et céder leur place à une nouvelle cité (exemple la cité domestique au profit de la cité par projets).

« Qu'ils réussissent ou qu'ils échouent, la phase de déplacement sera suivie, à terme, par de nouveaux retours réflexifs, pour comprendre pourquoi ils ont échoué et surtout, en cas de succès, pourquoi ils ont réussi, de sorte que la réussite puisse être poursuivie de façon soutenue. C'est dans cette troisième phase que s'amorce à nouveau un travail de mise en place de nouvelles épreuves, d'établissement de conventions nouvelles tenant compte de principe d'équivalence d'un genre nouveau. Si ceux qui se reconnaissent dans ces nouveaux instruments de définition de l'action légitime sont nombreux et si la coordination est suffisante, alors se dessinent les contours d'une nouvelle cité. » (ibid, p.28).

Cette nouvelle cité ne sera pas fondée sur des compromis, mais bel et bien sur un nouveau principe supérieur commun. Ce que l'on peut toutefois reprocher aux cités c'est de ne pas intégrer dans la dynamique des épreuves, des utopies provenant de l'extérieur des cités modèles.

Enfin pour conclure ce tour d'horizon des critiques, mentionnons que les mondes ne doivent pas être perçus comme déterminant de façon immuable les actions des êtres. Le cadre leur laisse toute l'attitude à travers les épreuves de remettre en question les mondes.

« Notre cadre d'analyse se distingue par là des paradigmes qui reposent sur l'hypothèse d'un guidage interne au moyen d'un programme préalablement inscrit dans les personnes. Quelle que soit l'origine du programme et le mode de son inscription, il a pour fonction de maintenir l'identité du sujet en assurant, avec une sorte d'automatisme, la répétition de conduites qui restent en harmonie les unes avec les autres quelle que soit la situation envisagée. Notre cadre vise à préserver au contraire une incertitude concernant les agissements des personnes, qui nous semble avoir nécessairement sa place dans un modèle prétendant rendre compte de conduites humaines. » (Boltanski et Thévenot, 1991, p.267)

Validité logique

Le cas retenu est un projet de collaboration wiki qui regroupe en son sein trois cultures organisationnelles chacune traversée par les cultures propres à chaque corps médical (médecins, infirmiers, chirurgiens, aide-soignant, etc.). On parle de plusieurs milliers de personnes. À titre de spécialiste wiki, j'ai été convié à participer à ce projet, je pourrais donc nouer des relations directes avec les acteurs et observer leurs réactions sur le vif. Nous pensons que la richesse du milieu et l'envergure du projet qui mobilise un nombre élevé d'acteurs du secteur de la santé et des services sociaux québécois seront propices à nous fournir les données nécessaires pour répondre à notre question. Le carnet de bord servira de garde-fou, pour retracer les possibles effets du chercheur sur son terrain d'observation (ibid, p.138). La crédibilité dans une démarche constructiviste comme la nôtre nécessite que le chercheur ne dénature pas les propos recueillis auprès de ses informateurs (ibid). C'est pour augmenter cette crédibilité que nous inclurons dans notre processus d'analyse une double herméneutique qui permettra aux informateurs, de commenter les résultats trouvés par le chercheur puis au chercheur d'intégrer ces commentaires en vue de renforcer ses résultats. Concrètement, les premiers résultats seront rendus disponibles aux informateurs sur le wiki du chercheur pendant une période d'un mois durant laquelle, ils pourront dans une zone de commentaire cité au bas de chaque page wiki, partager leurs observations et leurs critiques. Après un mois, le wiki sera à nouveau fermé à la lecture pour les informateurs et le chercheur renforcera son analyse initiale des commentaires reçus des informateurs.

Validité théorique

La validation théorique s'interroge sur la transposition des résultats à d'autres cas. Il est certain que dans un cas unique, cette transposition est impossible. Pour être généralisable, une théorie devra être répliquée sur deux à trois autres terrains nous dit Yin en prenant l'exemple d'une étude portant sur des zones urbaines (Yin, 2003, p.37).
Le cas auquel nous nous intéressons est vaste et implique un nombre important d'informateurs d'horizons très divers et représentatifs du secteur de la santé et des services sociaux. Nous ne pouvons pas à l'heure actuelle infirmer que nos résultats ne seront pas généralisables, mais la dimension du projet lui assurera une solide pertinence dans le secteur étudié.

Enjeux éthiques

Les enjeux éthiques sont balisés à l'UQAM par le comité d'éthique de la recherche pour les projets étudiants impliquant des êtres humains (CERPÉ)1. Notre recherche se conformera au cadre normatif pour l'éthique de la recherche avec les êtres humains mis à jour en juin 20122. Nous nous assurerons particulièrement d'être en conformité avec les huit principes directeurs suivants :

  • le respect de la personne
  • la recherche du bien pour autrui et la non-malfaisance
  • l'équité
  • le choix réfléchi du sujet de l’étude
  • l’évaluation et la réduction des risques par rapport aux avantages anticipés
  • le consentement libre et éclairé
  • le droit de retrait et soutien
  • le droit à la protection de la vie privée

Notre étude se déroulant dans un établissement de la santé et des services sociaux lui-même régi par un cadre normatif entourant ses propres chercheurs, nous allons prendre contact avec leur comité d'éthique pour nous assurer que les mesures prises sont conformes à leurs attentes. Si l'établissement le demande, nous remplirons les formulaires requis à une approbation éthique interne.

Sur le plan éthique, nous porterons une attention particulière sur le processus de double herméneutique que nous souhaitons déployer. Dans ce processus, les informateurs pourront commenter les premiers résultats obtenus par le chercheur. À cet effet, la question de l'anonymat se pose. Tout d'abord s'agissant d'un projet interne nous devrons répondre aux questions suivantes :

  • Est-il nécessaire que les informateurs soient anonymes durant le processus de collecte des données sur le wiki ? (le wiki n'est pas ouvert au public)
  • Quels sont les avantages de l'anonymat et quels sont ces inconvénients en termes de collecte de données ?
  • Si l'anonymat est nécessaire, comment s'assurer que les citations utilisées par le chercheur ne trahissent pas les informateurs ?

C'est à ces questions que nous devrons répondre avec nos directeurs de recherche et les comités d'éthiques de l'UQAM et de l'établissement étudié.

Dans le cas où l'anonymat serait nécessaire, le wiki du chercheur offre la possibilité de créer des comptes anonymes en permettant toutefois au chercheur de connaître le rôle qu'occupe la personne au sein de l'établissement, sachant qu'il s'agit d'une information importante pour la recherche.

Soulignons que les informateurs seront tous des parties prenantes dans le projet de collaboration wiki. Chaque informateur devra signer un formulaire de consentement (participant majeur)3

Positionnement du chercheur

Cette section a pour objet de révéler au lecteur mon système de normes en tant que chercheur au regard de mon objet de recherche. Abraham Kardiner nous a montré en 1939 dans The individual and his society qu'en tant qu'observateur, nous ne sommes pas neutres. Nous interprétons et influençons la réalité selon un cadre mental qui nous est propre.

« Tout observateur qui entre en contact avec une nouvelle culture possède un équipement d'ordre intellectuel et affectif qui lui est propre. Il a vécu dans une culture spécifique, et ses processus mentaux sont façonnés par ses associations d'idées et ses synchronisations. Sa force de raisonnement en subit l'influence, et la tendance inconsciente est très forte en lui d'interpréter la nouvelle culture dans les mêmes termes que celle qui lui est familière. » (Kardiner, 1969, p.81).

Ricoeur explique également que la neutralité du sociologue est illusoire et que tout jugement fait référence à des normes sur lesquelles sont construites des idéologies.

« Le sociologue regarde la carte des idéologies et remarque l'étroitesse de chacune d'entre elles, chacune représentant une certaine forme d'expérience. Son jugement est libre de tout jugement de valeur, car il est censé n'utiliser aucune des normes à l'œuvre dans tel système particulier. Or c'est précisément là que gît le problème, car juger, c'est faire usage d'un système de normes, et tout système de normes est en un sens idéologique. » (Ricoeur, 2005, p. 223)

Je suis depuis 2007 consultant et conférencier en médias sociaux, spécialisé dans les wikis. C'est sur la base de mon expérience professionnelle comme cadre supérieur de 1998 à 2005 que j'ai commencé à explorer l'outil wiki comme une solution potentielle aux problèmes de complication de la coordination en gestion de projet. J'ai alors découvert qu'au-delà de simplifier le compliqué, le wiki nous permet de composer avec le complexe (Barondeau, 2010). Après avoir déployé de nombreux wiki dans les organisations, je me suis aperçu que le premier défi de son adoption était culturel. Plus précisément, il s'agit de ponter le technique avec le social surtout lorsque le wiki est amené à dépasser les projets pilotes, pour se déployer au sein de l'organisation dans son ensemble.

Je suis également un participant actif et un membre du comité de révision de la Wikisym et depuis peu d'Opensym qui regroupent une fois par an des chercheurs et des professionnels dont l'intérêt porte sur les wikis et la collaboration ouverte. Depuis 2007, je suis membre de la communauté Tiki.org qui développe l'un des cinq meilleurs moteurs wiki de source libre.

En d'autres termes, j'ai un biais positif envers la collaboration wiki objet de cette recherche. Pour forger quelques critères "impersonnels", susceptibles de pallier les dangers des explications fondées sur la rationalité dérivée d'une seule culture spécifique (Kardiner, 1969, p.81), je développe premièrement mon esprit critique, en m'appuyant sur des lectures qui me révèlent les limites des outils techniques (McLuhan, Ellul, Flichy,...) et des lectures qui me sensibilisent à la complexité de la réalité (Boltanski, Thévenot, Chiapello, Morin, Le Moigne...). Deuxièmement, le processus de double herméneutique décrit dans la section validité logique, ainsi qu'un journal de bord tenu de façon rigoureuse, également m'aider à réduire ce biais afin d'obtenir des résultats valides.

Synthèse

Objet de la recherche: Question exploratoire
Paradigme de recherche: Constructiviste
Méthode de la recherche: Étude de cas unique

Tableau n.5: Positionnement paradigmatique de la recherche

Méthode de collecte de données: Triangulation
Étude de cas
Observation directe participante
Forums de discussion du wiki
Commentaires sur le wiki du chercheur
Réflexion personnelle, introspection
Documents
Méthode d'analyse de données: Triangulation
Hybride
Analyse d'évènements observés
Analyse des réflexions personnelles et introspection
Analyse de documents
Analyse des forums du wiki
Analyse des commentaires des participants

Tableau n.6: Choix méthodologique de recherche

Bibliographie

Bailey, Kenneth D. 1994. Methods of social research, 4th. New York Toronto New York: Free Press ; Maxwell Macmillan Canada ;Maxwell Macmillan International, xviii, 588 p.
Breviglieri et al., 2009, Compétences critiques et sens de la justice, Colloque de Cerisy, Paris : Economica
Boltanski, L. et Thévenot L. 1991. De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Éditions Gallimard, 485 p.
Boltanski, L. et Chiapello, E. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard
Geertz, C. C. 1983. Bali. Interprétation d'une culture, Paris, Éditions Gallimard
Kardiner, A. 1969. L'individu dans sa société. Essai d'anthropologie psychanalytique, Paris, Éditions Gallimard
Mailhot, C. 2004. Gestion de la recherche : Le cas d'un partenariat entreprise-université, thèse, École des hautes études commerciales, Montréal
Noël, A. 2011. La conduite d'une recherche : mémoires d'un directeur, Montréal : JFD Éditions
Patton, M. Q. 2002. Qualitative research and evaluation methods, Thousand Oaks: Sage Publications 598 p.
Ricoeur, P., 2005. L'idéologie et l'utopie, Paris, Éditions du Seuil, 410 p.
Vrydaghs, D. 2012. Le traitement de l'idéologie dans la sociologie de Luc Boltanski, Contextes en ligne, notes de lecture, mis en ligne le 18 octobre 2006, consulté le 31 mai 2012 http://contextes.revues.org/149
Yin, Robert K. 2003. Case study research : design and methods, 3rd. Coll. «Applied social research methods series ;». Thousand Oaks, Calif.: Sage Publications, xvi, 181 p.


1. http://www.recherche.uqam.ca/ethique/humains/comites-reunions-formulaires-eth-humains/cerpe-comites-pour-levaluation-des-projets-etudiants-impliquant-de-la-recherche-avec-des-etres-humains.html
2. http://www.recherche.uqam.ca/ethique/humains/cadre-normatif-ethique-humains.html
3. http://www.recherche.uqam.ca/upload/files/ethique/humains/Comites-humains/CERPE/humains-consent-majeuretudiant.doc


PDF Print

Contact

  • regis.barondeau - at - mac.com

Network